Motion sur les conséquences d’un « no deal » dans le cadre du Brexit: Intervention de Philippe MIGNONET

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Effectivement, je ne retirer aucun mot de tout ce qui vient d’être dit. Je crois qu’il faut, sur ce Brexit, être préparé à la totale inconnue puisque je pense que les Anglais pourraient, non pas faire machine arrière, mais demander un ultime report. Eux-mêmes ignorent totalement l’état dans lequel va se trouver leur propre pays. Il suffit pour cela de parler à certains économistes britanniques pour s’apercevoir qu’eux mêmes sont très dubitatifs quant à l’opportunité ou l’utilité d’un brexit. 

Effectivement, il était évoqué la possibilité de voir du trafic partir vers d’autres ports, il faut aussi à ce niveau que notre gouvernement, au niveau européen, mette un maximum de pression et soit très ferme pour que les ports continentaux qui desservent le Royaume-Uni aient les mêmes contraintes en terme de réglementation douanière que nous pourrons avoir.

Je pense que les autres ports ne sont pas plus prêts que nous à rencontrer des difficultés sur ce Brexit. 

Néanmoins, il faut se protéger, il faut se préparer au pire, et espérons que les Anglais, une énième fois, demandent un report, et puis dans 10 ans ils demanderont à nouveau un report puisqu’ils ne pourront pas vivre sans l’Union Européenne. 

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *