LA NATURE REPREND SES DROITS

Nous sommes désormais à sept semaines de confinement en raison de la lutte contre le COVID-19. Cette situation de crise n’est donc pas sans conséquences sur l’environnement, en raison de l’activité humaine qui se fait de plus en plus rare. Baisse de la pollution et retour des animaux dans les villes, la nature semble ainsi peu à peu reprendre ses droits.

En pleine épidémie, le département du Pas-de-Calais n’aura jamais enregistré un taux de pollution aussi bas. En effet, avec une économie qui fonctionne au ralenti, cette situation exceptionnelle a des conséquences sur la pollution atmosphérique.

C’est aussi la pollution sonore qui a fortement diminué depuis le début du confinement. Rappelons le, c’est un véritable fléau pour la santé de chacun. L’Agence Européenne de l’Environnement souligne que les répercussions sur la santé restent sous-estimées par une grande partie de la population : troubles du sommeil, impact sur le système cardiovasculaire et sur le métabolisme, troubles cognitifs chez l’enfant… Le gain de confort de cette baisse de pollution pour les habitants est immédiat et les bénéfices s’amplifient à long terme.

Un peu partout en France, notamment dans le département du Pas-de-Calais, depuis la mise en place des mesures de confinement, on voit la nature réinvestir des espaces où auparavant l’homme était roi. On constate un phénomène très agréable : les oiseaux chantent de nouveau et les abeilles produisent plus que jamais ! Elles n’ont jamais rapporté autant de nectar et fabriqué autant de miel en cette saison.

Si cette période de confinement semble avoir des conséquences plutôt positives sur l’environnement, il n’en reste pas moins qu’elle constitue un impact considérable sur notre consommation d’écrans, qui aurait fortement augmenté. En effet, si la plupart de la population reste enfermée chez elle, c’est désormais le trafic internet qui nous permet de travailler, d’étudier, ou tout simplement de se divertir. Cependant, ce trafic en constante augmentation qui représente déjà en temps normal une part assez importante des émissions de gaz à effet de serre, n’est pas sans impact sur l’environnement.

Malgré tout, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué depuis le début du confinement.

Les élus du Groupe Union Action 62 estiment que dans l’ensemble, le confinement aura eu des effets positifs sur notre environnement, sur la faune et la flore. C’est pourquoi, il serait judicieux de réfléchir à des moyens de maintenir cet équilibre fragile lorsque l’activité humaine reprendra. Charge à nous d’en tirer les leçons et de protéger cette nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *