Intervention de Denise BOCQUILLET sur l’aide à la restauration pour les personnes âgées

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Je m’arrêterai davantage sur l’aide à la restauration qui concerne le volet politique de l’autonomie.

Dans ce rapport, nous avons été interpellés par la très faible sollicitation pour cette “aide à la restauration” qu’il s’agisse de repas servis en foyer ou le repas fournis par le portage à domicile. Comme l’indique le rapport, les raisons peuvent être un manque de communication ou une certaine crainte de récupération dans le cadre de l’obligation alimentaire.

A une époque où l’on parle, à juste titre, du “Bien Vieillir”, ils nous semble essentiel que le volet nutrition soit pris en compte de façon prioritaire. Pour nos aînés, avoir une alimentation saine, équilibrée et régulière est un gage de prévention des risques liés à la malnutrition voir même à la dénutrition ce qui entraîne la détérioration de l’état général physique et moral de la personne qui peuvent se traduire par un affaiblissement, des chutes, voir un syndrome de glissement pour ne plus avoir d’intérêt de vivre.

Aussi, Monsieur le Président, il nous semblerait essentiel de revoir comment mieux sensibiliser ce public fragile et son entourage  familial, à l’importance de bien se nourrir.

En ce sens, le département pourrait développer une politique encore plus dynamique en s’appuyant davantage sur les CCAS, les CIAS, les collectivités afin de développer une bonne communication, de diffuser des informations pratiques et de mener ensemble des actions concrètes qui seraient bénéfiques pour toutes et tous.

Nous voterons favorablement sur ce rapport.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *