Intervention de Maïté MULOT-FRISCOURT lors du Débat d’Orientation Budgétaire 2020

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

Je ne rappellerai pas ce qui a été dit par mes collègues précédemment. Je souhaite cependant attirer l’attention de l’assemblée sur plusieurs points.

En lisant ce rapport, on pourrait admettre que votre stratégie est la bonne et que vous avez pris bonne note de ce que notre groupe proposait en matière budgétaire en début de mandat. Mais dans les faits, il existe une grande marge de progression.

En effet, les dépenses de fonctionnement sont très élevées et les efforts pour les maîtriser très relatifs. Comme le souligne mon collègue, Claude BACHELET, la limite de 1.2% a failli être dépassée et l’augmentation prévisible des dépenses liées au RSA risque d’entraîner une hausse importante de ces dépenses.
De plus, le discours de Monsieur MACIEJASZ lors de la 6ème commission du mois de novembre nous alarme d’autant plus, puisque d’après ses dires, une augmentation du prix de l’électricité risquerait de nous faire franchir le pourcentage imposé.
Les recettes de fonctionnement sont très élevées également, notamment grâce à la hausse des impôts décidée par votre majorité en 2016. Ce sont ces recettes qui donnent l’impression d’une bonne santé financière.

Vous évoquez dans ce rapport, le souhait de maintenir un haut niveau d’épargne brute. Pouvez-vous m’indiquer ce qu’est un haut niveau d’épargne brute quand on sait que ce niveau dans notre département est un des plus faibles de France et nous situe dans les 3 derniers départements malgré des recettes de fonctionnement élevées.

Cette situation nous paraît d’autant plus fragile pour les prochains budgets puisque certaines prévisions paraissent sous-évaluées (j’évoquais précédemment l’augmentation des dépenses du RSA), et que à l’avenir, avec le remplacement de la Taxe foncière par une part de TVA, la dynamique des recettes de fonctionnement risque de s’atténuer.

Enfin, vous annoncez une augmentation de l’investissement certes, mais pour un département comme le nôtre, le niveau d’investissement est encore bien trop faible.

Alors, Monsieur le Président, une autre voie est possible. Le groupe Union Action 62 propose une manière plus vertueuse et plus responsable de gérer les finances départementales tout en favorisant l’égalité entre les habitants et entre les territoires.

Notre objectif est d’augmenter les dépenses d’investissements au bénéfice de tous les territoires.

Pour ce faire, nous proposons un vrai plan de réduction des dépenses de gestion (dépenses liées aux bâtiments du département, ou encore à la communication par exemple) à hauteur de 20M d’euros sans toucher aux dépenses liées à l’action sociale dans sa généralité, et ayant comme objectif une augmentation plus significative de l’épargne brute.

Ces économies pourraient être réinjectées en investissement avec 10M d’euros supplémentaires pour l’aide aux communes, et 10M d’euros pour de nouvelles aides départementales à destination des habitants mais aussi du secteur économique.

Ces quelques pistes permettraient une gestion plus saine du budget du département et d’améliorer le service aux habitants du Pas-de-Calais et à nos territoires.

Je vous remercie

 

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *