Intervention de Stéphanie Guiselain sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté

 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

A vous écouter, on se dit que le Groupe Union Action 62 a eu raison de s’abstenir en décembre dernier en disant qu’il fallait tout d’abord que l’Etat précise les financements.

Le Plan pauvreté prévoit donc deux types d’engagements :

  • Il y a d’abord le socle commun à tous les départements, qui concerne l’insertion des bénéficiaires du RSA, la prévention des sorties sans solution de l’aide sociale à l’enfance et l’accueil et l’accompagnement des publics.
  • Il y a ensuite la partie laissée à l’initiative des départements. Parmi les 5 grands engagements de la stratégie nationale, le Département du Pas-de-Calais souhaite donc se concentrer sur l’enfance et travailler sur le parcours de santé des enfants et l’aide à la parentalité.

Nous pensons que donner la priorité à la petite enfance et à l’adolescence est le bon choix. C’est en effet dès le plus jeune âge qu’il faut s’attaquer au problème de la pauvreté. Les actions qui seront prises devront favoriser l’égalité des chances et lutter contre la reproduction de la pauvreté.

Néanmoins, le plan pauvreté aurait pu être mieux présenté. Pour plus de visibilité, vous auriez pu faire le choix de présenter en même temps toutes les actions du Plan pauvreté, celles du socle commun et celles laissées à l’initiative du Département. Dans le rapport présenté aujourd’hui, il n’y a que les actions de la première partie.

De plus, il aurait également été appréciable d’avoir dès aujourd’hui une projection de la mise en œuvre du plan pauvreté, sur le financement et sur les actions pouvant être reprises en 2020 et 2021 comme cela a été fait dans d’autres départements.

Le Groupe Union Action 62 votera en faveur de ce rapport.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *