Intervention de Philippe Mignonet sur la stratégie départementale dans le cadre du Brexit.

 

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Merci beaucoup à nos amis allemands et danois pour leur présentation et comme ils ont l’intention de construire un tunnel dans les deux ans, ils peuvent venir nous voir sur le Calaisis, où nous avons un d’expérience.

Vous évoquiez les accords et leur renouvellement, 8 ans après la première signature. Il aurait été intéressant d’avoir un retour qui nous soit présenté puisqu’il y a un enjeu important pour l’avenir. Chacun l’aura compris, le Brexit sera au coeur de mes propos.

Je pourrais reprendre mot pour mot mon intervention de février 2017, c’était il y a plus de deux ans. Au regard de notre positionnement géographique et des dispositifs de coopération, nous alertions sur la nécessité d’anticiper la sortie du Royaume-Uni. Nous souhaitions savoir si, au sein de l’institution, une équipe travaillait sur ces questions. J’ai cru comprendre dans les propos de nos collègues qu’il y avait des travaux en cours. Enfin, je vous interrogeais sur la coopération transfrontalière dans le détroit du Pas-de-Calais avec le Kent County Council pour vous demander comment à l’avenir, le Département défendra cette coopération, en partie financée par des fonds européens, alors même que l’un des partenaires, vraisemblablement, ne sera plus membre de l’Union.

J’espère que vous pourrez nous apporter quelques éléments de réponse aujourd’hui.

Et je ne suis pas le seul. Durant ces deux ans, d’autres collègues de notre Groupe Union Action vous ont régulièrement alerté sur la nécessité d’anticiper l’événement. Notamment concernant les Infrastructures routières, la pêche, le duty-free, l’accompagnement des projets des collèges, les impacts touristiques etc… Nombreux ont été les sujets de nos interventions.

Lors de la dernière Commission Permanente, où il nous était proposé de valider un déplacement de Madame la Vice-Présidente à Londres pour y porter la vision du Département, j’ai demandé à ce que cette vision puisse être présentée en séance plénière. Vous m’avez répondu, Monsieur le Président, qu’en cas de flou, il était préférable de se baser sur la plus mauvaise des hypothèses. Je suppose que cela reste toujours d’actualité.

A 10 jours, nous pouvons le présumer, de la sortie du Royaume-Uni, nombreux sont les secteurs d’activité et les territoires à rassurer. Certains auront sûrement besoin d’être accompagnés. La voix du Département doit être incarnée et entendue. Il faut pouvoir anticiper les grandes mutations. Vous aviez proposé d’inviter Michel BARNIER, proposition que nous soutenions. Malheureusement, cela n’a pas été possible.

Mais aujourd’hui:
L’Etat, ses ministres se disent prêts
La Région des Hauts-de-France est prête
La ville de Calais et le Calaisis sont bien sûr prêts, je peux vous l’assurer. Avec nos collègues calaisiens, nous travaillons tous ensemble sur ce sujet.

Nous espérons bien que le Département du Pas-de-Calais soit prêt lorsque l’heure du Brexit sonnera, dans 10 jours ? Dans un mois ? Dans dois mois ?

Les 14 et 15 mai prochains, une conférence politique sur le sujet franco-britannique sera menée dans le boulonnais. Je vous réitère ma demande, Monsieur le Président, le Calaisis, même s’il n’est pas le seul territoire concerné, est largement impacté puisqu’il est le point de passage le plus court vers le Royaume-Uni. Il serait de bon ton que le Calaisis, quelle qu’en soit les élus, départementaux mais pas seulement, puissent participer à ces travaux puisque nous serons en première ligne dans les semaines qui viennent.

En tout cas je sais que les élus qui pourraient être invités ne manqueraient pas de vous en remercier comme il se doit puisqu’ils ont toujours cette politesse et cette courtoisie lorsque vous les invitez, ce qui n’est pas le cas de la réunion de demain matin sur le comité Brexit mais je serai tout de même présent puisque Madame le Maire de Calais, m’a délégué sa présence.

Quoi qu’il en soit, nous voterons en faveur de ce rapport. Mais à la lumière de ce que nous venons d’entendre et de ce que vous venez d’énoncer, permettez-moi Monsieur le Président, de vous dire qu’il s’agit là d’un « oui de réserve». En février 2017, nous déposions déjà une motion pour vous demander de vous engager en faveur d’une stratégie post-Brexit qui permettrait de rester un partenaire privilégié du Royaume-Uni. Nous n’avons toujours pas eu de réponse précise, nous renouvelons le dépôt d’une motion vous demandant de bien vouloir présenter à l’ensemble des Conseillers départementaux votre stratégie et votre vision pour le Département du Pas-de-Calais dans le cadre du Brexit.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *