Intervention de Claude Bachelet sur la nécessité de maintenir et de rapprocher les services du Département des territoires et de ses habitants

 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

Ce rapport me donne l’occasion de parler d’un sujet qui, je crois, intéresse tous les élus présents dans cette assemblée : la nécessité de maintenir et de rapprocher les services du Département des territoires et de ses habitants.

A lire la presse locale du Ternois, le Département envisage d’acheter le Centre des Services Administratifs et Sociaux (CSAS) situé dans la ville de Saint-Pol-sur-Ternoise, le bourg le plus peuplé de mon canton, fort de ces 88 communes.

Cet immeuble est actuellement occupé en partie par la Maison du département de la Solidarité (MDS) uniquement suite au départ de la MADT sur Marconne.

Depuis le début de mon mandat au Département, je défends le besoin de garder le site sur Saint-Pol-sur-Ternoise et de ses services bien entendu. Si cette opération immobilière venait à se réaliser, elle marquerait à nouveau la volonté du Département de s’ancrer dans les communes et de proposer un service public de proximité répondant au mieux aux attentes et aux besoins de notre population.

Notre Groupe a toujours privilégié le déploiement des effectifs sur le Ternois, au plus près des communes et de ses habitants.

Pour ma part, j’ai souhaité récemment donner la parole aux habitants de mon canton dans le cadre du Grand Débat National. Force est de constater combien leurs attentes sont grandes et à quel point les services publics de proximité peuvent être un début de solution pour répondre à de nombreuses interrogations et entre autres, cela a été dit, aux défis liés à la mobilité et à l’écologie.

Ce week-end, on a encore assisté à la démonstration de différents mondes qui s’interrogent sur l’avenir de la planète et du climat. Les jeunes étaient en tête des regroupements à travers la France, sans passer malheureusement sous silence cette violence qui s’invite tous les week-end.

Pour conclure, j’émets le souhait d’être associé à l’évolution de ce projet saint-polois. N’est-il pas normal que les conseillers départementaux soient davantage associés, écoutés et impliqués dans l’aménagement de leurs cantons.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *