Intervention de Maryse Jumez sur l’inclusion numérique des plus fragiles et la nécessité de résorber les zones blanches et grises.

 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

Nous nous félicitons de voir dans ce rapport un objectif sur l’inclusion numérique. Nous pensons plus que jamais qu’il faut être vigilant sur la fracture numérique et l’inclusion des plus fragiles. Nous avions déjà porté l’idée de développer de l’intergénérationnel jeunes/personnes âgées sur ce sujet. C’est une piste que notre collectivité doit explorer car cela permettra de recréer du lien social.

Mais comme j’avais déjà pu le dire, cela passe par la résorption des zones blanches et grises. Sur le développement de la Fibre optique, le calendrier initial s’est accéléré, tant mieux. Sur la téléphonie mobile, les opérateurs ont pris des engagements en janvier 2018, tant mieux.

Une récente initiative de la Région, et nous la remercions d’avoir associé les départements, montre qu’un recensement de ces zones se déroulera sur les deux prochaines années, tant mieux.

Mais le chemin est encore long pour certains de nos habitants. Car si au niveau mondial, on se demande qui gagnera la bataille de la 5G, de l’intelligence artificielle, n’oublions pas que pour certains de nos habitants, notamment en zone rurale, la bataille concerne tout simplement l’accès basique au réseau téléphonique.

En effet, les pratiques numériques ont tendance à évoluer plus rapidement que les décisions publiques et les réponses institutionnelles mettent trop souvent du temps à s’adapter. Il faut donc rester très attentif.

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *