Intervention lors du débat d’orientation budgétaire 2019

 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

Je ne vais pas revenir sur les interventions de mes collègues. On voit bien qu’il ressort de toute cela la nécessité, pour l’Etat vis-à-vis des collectivités comme pour notre collectivité vis-à-vis de ses administrés, de la transparence et de la sincérité dans les relations.

Or, nous souhaitons vous interpeler sur les changements de plafonds, ou même de stratégie entre le DOB 2018, la lettre de cadrage envoyée à votre DGS en juillet dernier et le DOB 2019 qui nous est présenté pourtant avec quelques mois d’écart.

1. Sur le plafond des dépenses de fonctionnement 1473M€ au DOB 2019 contre 1470 M€ dans la lettre de cadrage et contre 1455M€ au DOB 2018

2. Sur I ’investissement : 207M€ au DOB 2019 contre 200M€ dans votre lettre de cadrage et contre les 240M€ au DOB 2018. D’ailleurs votre schéma simplifié de financement des investissements n’est plus du tout le même que celui présenté l’année passée.

3. Sur l’Epargne brute : 72M€ au DOB 2019 contre 75M€ dans votre lettre de cadrage et contre 82.5M€ au DOB 2018. Quid de l’épargne nette attendue ?

4. Sur le Taux d’épargne brute : 5% au DOB 2019 contre 7.2% affiché au DOB 2018

5. Sur la Capacité de désendettement : 7.68 années au DOB 2019 contre 6 au DOB2018. Pour 2021, c’est maintenant 8.40 années, au lieu des 6 années affichées au DOB2018.

6. Sur l’Encours de la dette : 723M€ au DOB 2019 contre 689M€ au DOB2018. Pour 2020 c’est maintenant 756M€ de prévus contre 691M€.

Nous sommes conscients que tout ne peut pas être prévu à l’euro près et que certains éléments extérieurs viennent impacter, parfois fortement, le budget de notre institution. Mais la fluctuation de ces chiffres dans des proportions parfois aussi importantes interroge. Sur quels chiffres devons-nous nous appuyer ? A quels chiffres devons-nous donner du crédit ?

Si on a la même dynamique l’année prochaine lors du DOB 2020 on peut légitimement s’inquiéter d’une nouvelle épargne nette négative, une capacité de désendettement se rapprochant des 10 années et une dette se rapprochant dangereusement du milliard d’euros.

Monsieur le Président, lors de votre élection, il y a maintenant bientôt un an, nous vous avions demandé une rupture de la politique menée jusqu’à présent. Nous avons eu un espoir avec la lettre de cadrage adressée à votre DGS le 2 juillet dernier. Vous repreniez même à votre compte nos discours, à savoir que l’embellie 2017 était surtout due à la conjoncture économique nationale, qu’il fallait une maîtrise des dépenses de fonctionnement, qu’il fallait dégager un niveau d’autofinancement suffisant en section de fonctionnement pour investir, qu’il ne fallait plus inscrire de recettes incertaines, qu’il ne fallait pas multiplier les engagements nouveaux que le département aurait des difficultés à financer demain, qu’il fallait mettre à jour votre plan pluriannuel d’investissement. Et vous soulignez enfin les dérapages des plafonds fixés pour les dépenses de fonctionnement sur l’année 2018.

A la lecture des chiffres présentés dans ce DOB et que je viens de rappeler, nous constatons que la bonne volonté affichée aura été de courte durée. A peine 4 petits mois après, vous acceptez que les objectifs que vous avez personnellement définis, ne soient pas respectés.

Nous en prenons acte.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *