Renouveau pour l’abattoir de Fruges

Conçu dans les années 1970 pour abattre 4 000 tonnes d’animaux, l’abattoir de Fruges est aujourd’hui vétuste et ne répond plus aux normes sanitaires. Depuis plusieurs années, les élus du territoire défendent l’abattoir, parmi lesquels Jean-Marie Lubret, Conseiller départemental du canton de Fruges et Maire de la commune.

Aujourd’hui, le projet de construction d’un nouvel abattoir a été relancé et pourra voir le jour grâce au soutien des Communautés de Communes et d’agglomération avoisinantes, du Département, de la Région et de l’Etat.

Une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) exploitera la nouvelle structure et en portera l’investissement. En seront sociétaires éleveurs et usagers, montrant l’attachement profond porté à l’abattoir par les habitants du territoire. Il s’agira d’un abattoir multi-espèces (veaux, porcins, ovins, équidés, cerfs, caprins, gros bovins) qui assurera l’abattage de 6 000 tonnes, pouvant évoluer jusqu’à 8 000 tonnes selon les besoins, tout en gardant des conditions d’exploitation et de bien-être optimales pour les employés comme les bêtes.

Ce sera le premier abattoir porté par une SCIC au nord de Paris. Il permettra aux collectivités et structures voisines de travailler sur les circuits courts et le soutien au tissu local. Les produits qui en sortiront alimenteront une clientèle à rayonnement régional. Il créera de la valeur ajoutée et des emplois sur le territoire.

Dans les jours qui viennent, le Département apportera officiellement son soutien au projet en signant une convention multi-partenariale avec les différentes collectivités.

Maïté Mulot-Friscourt
Présidente du Groupe Union Action 62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *