Pour une société réellement inclusive

Les AVS, ou Auxiliaires de Vie Scolaire, se sont multipliés dans les établissements ces dernières années. Ils accompagnent les élèves en situation de handicap scolarisés en classe ordinaire.

Qu’il ait déjà un dossier auprès de la MDPH ou non, les parents de l’enfant peuvent demander l’attribution d’une AVS. La demande est étudiée par la MDPH qui transmet sa décision à l’Éducation nationale. Cette dernière doit ensuite affecter une AVS à l’enfant, en fonction des disponibilités.

Depuis la loi de 2005 sur le handicap, les demandes ne cessent d’augmenter dans le Pas-de-Calais : ces dix dernières années, les demandes AVS sont passées de 2500 à 5500 par an. Les services de la MDPH se retrouvent saturés par cet afflux de dossiers à traiter. Pour l’Éducation nationale, c’est une question de moyens humains qui se pose, le nombre d’AVS n’étant pas suffisant pour répondre aux décisions prises par la MDPH et aux souhaits des familles.

Le Président de la République s’était engagé à ce que chaque enfant pouvant en bénéficier soit accompagné par une AVS dès cette rentrée scolaire. Ce n’est pas le cas. Des efforts sont pourtant faits par chacun. Ainsi, du côté de l’Éducation nationale, une expérimentation sera faite dès cette année avec des pôles d’enseignement pour changer l’organisation des AVS. A la MDPH, ce sont tous les dossiers déposés avant mai qui ont pu être étudiés avant la rentrée.

 

Maïté Mulot-Friscourt

Présidente du Groupe Union Action 62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *