SDAASP – Intervention de Claude Bachelet

SDAASPMonsieur le Président,

Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Notre Groupe est très satisfait de voir dans cette version finale du SDAASP des idées qu’il a pu défendre. Je pense notamment à l’aménagement des espaces dans les gares pour plus de services, comme le coworking ou la collecte de colis.

A l’inverse, d’autres observations n’ont pas été reprises et de nouvelles ont été formulées en commissions thématiques début mars. J’aimerais d’ailleurs revenir sur quelques points que je voulais présenter en Commission. Je n’ai pas pu le faire car ce n’était apparemment pas le moment. Il ne faudrait pas oublier que nous sommes des conseillers départementaux polyvalents et que nous pouvons avoir des idées qui relèvent d’autres commissions thématiques. J’espère que la révision annuelle permettra la prise en compte des remarques suivantes.

Je souhaite notamment attirer votre attention sur l’axe 5 du SDAASP qui concerne l’éducation. Tout d’abord sur le point 5.5  ou la lutte contre le décrochage scolaire, il me semble important qu’un lien avec les missions locales puisse être fait le plus tôt possible pour réduire la durée de rupture avec le système. Les jeunes en décrochage perdent souvent plusieurs années avant d’arriver à la mission locale, années qui permettraient un meilleur accompagnement.

Dans l’axe 5 également, il serait bon d’inclure dans les passerelles entre le monde éducatif et le monde professionnel une sensibilisation aux métiers agricoles. Le monde agricole fait la richesse du patrimoine français et est bien trop souvent laissé de côté par le milieu éducatif.

De façon plus générale, nous souhaitons insister sur la nécessité d’une réelle concertation entre les différents partenaires du SDAASP. Je pense en particulier aux services de l’Etat : le Schéma présenté aujourd’hui sera signé avec le Préfet du Pas-de-Calais, qui y a contribué. Nous restons néanmoins très inquiets sur les moyens qui seront mis en oeuvre par l’Etat pour répondre aux engagements qui ont été pris.

Ayons confiance, me direz-vous. L’Etat souhaite donner pleins pouvoir aux Régions pour la gestion et l’entretien des petites lignes ferroviaires. En fait, il s’agit de laisser aux Régions le soin d’expliquer aux habitants les causes du décès de ces lignes : non rentables financièrement, l’investissement en faveur des territoires que leur maintien représente n’intéresse plus, malheureusement, l’Etat à ce jour. Concernant le Canal Seine-Nord, et au risque de nous répéter, le Gouvernement est en train de tuer un projet qui a mis des décennies à se mettre en place. Tout était prêt. Aujourd’hui, l’Etat ne respecte pas ses engagements et se retire, mettant tout le projet en péril.

Je pense que beaucoup ici, vous partagez nos inquiétudes, puisqu’en juin dernier notre collègue le Vice-président Duporge disait, et ce n’est pas tous les jours que nous sommes d’accord : “l’Etat […] a un rôle crucial à jouer et une présence à assumer. Ce schéma, ce n’est pas que le schéma du Conseil départemental, c’est aussi le schéma de l’Etat”. A bon entendeur…

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *