JO de Paris 2024 – Intervention de Denise Bocquillet

JOMonsieur le Président,

Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

 

En février 2017, notre Groupe a défendu avec convictions, la candidature de Paris 2024 car elle représentait une réelle opportunité pour l’image de la France et son tourisme. Au-delà de Paris, c’est la France toute entière qui sera mise à l’honneur ; notre Département, naturellement, doit jouer son rôle.

 

Nous demandons, donc, une anticipation forte de la part du Département. En effet, s’il semblait naturel d’être la base arrière des  J.O de Londres en 2012, du fait de notre position géographique, ce sera différent en 2024, car nombreux seront les territoires à revendiquer leur légitimité à être associés à cet évènement. Or notre Département ne manque pas d’atouts, encore faut-il les mettre en valeur.

 

Un de ses atouts majeurs est sa Jeunesse. Nous nous félicitons que la jeunesse soit partie prenante de la stratégie du Département. Il faut la sensibiliser très vite à ce bel évènement afin que nos jeunes développent un véritable intérêt pour la préparation de ces JO.

Un deuxième axe doit être évoqué : celui du tourisme. Les acteurs de ce secteur devront être associés à la stratégie départementale pour faire en sorte qu’en plus des sportifs, les touristes fassent le choix de venir chez nous, dans notre Département.

 

Enfin, j’évoquerai un sujet qui me tient particulièrement à cœur, celui du handicap. J’en profite d’ailleurs, au nom du Groupe Union Action 62, et certainement en votre nom à tous, pour saluer les exploits de nos athlètes lors des Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang  et en particulier ceux de notre équipe paralympique. Elle a brillé et établi de nouveaux records. Je pense notamment à Marie Bochet qui, avec ses 4 nouveaux titres, aura permis de faire résonner la Marseillaise 8 fois sur deux olympiades. A ces Jeux paralympiques, la France termine 4ème au tableau des médailles avec 20 médailles. C’est un record … Nous aurions, toutefois, aimé qu’il y ait davantage de relais médiatiques.

 

Pour arriver à ce niveau de performance, il faut avoir des infrastructures adéquates.

Donc ma première question est donc la suivante : Au sein de notre Département, existe-t-il un recensement des équipements sportifs accessibles aux personnes à mobilité réduite où les athlètes paralympiques pourraient s’entraîner ?

Plus largement, au-delà de la stratégie présentée aujourd’hui, avez-vous des informations sur la manière dont le Comité olympique et l’Etat va organiser ces Jeux ? Si oui, est-ce que des contacts ont pu être établis par le Département ?

 

Je vous remercie.

 

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *