80 km/h – Voeu du Groupe Union Action 62

80

CONSEIL DEPARTEMENTAL DU PAS-DE-CALAIS

Séance plénière du 26 Mars 2018

Vœu du Groupe Union Action 62

A partir du 1er juillet, les Français devront réduire leur vitesse de 90 à 80km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central. Cette décision, annoncée en janvier par le Gouvernement sans concertation avec les collectivités locales, inquiète les usagers de la route.

Il s’agit d’une nouvelle mesure portant préjudice à ceux qui n’ont aucune alternative à l’utilisation de leur véhicule, particulièrement les habitants des territoires ruraux. Elle s’ajoute à la hausse du carburant, du contrôle technique, des péages et des primes d’assurances. Quand on habite en dehors des grandes villes, bien souvent la voiture est le seul moyen de transport disponible.

Se pose aussi la question du financement de cette mesure, question à laquelle le Gouvernement n’a pas répondu à ce jour. S’agissant d’une décision unilatérale de l’Etat, c’est à lui que devrait revenir le coût du changement des panneaux, même sur les routes départementales et communales.

L’argent public que l’on va mobiliser pour ce changement des panneaux pourrait au contraire permettre de développer des modes de déplacements alternatifs comme le train et autres transports en commun.

Récemment, plusieurs Présidents de Départements, faisant partie du groupe de la Droite, du Centre et des indépendants à l’Assemblée des Départements de France, ont adressé une lettre ouverte au Premier ministre Edouard PHILIPPE. Ils lui demandent notamment de revenir sur ce projet et de « privilégier des solutions pragmatiques, au cas par cas, en concertation avec les Départements sur les tronçons les plus accidentogènes. ».

Souscrivant pleinement à cette proposition, les élus du Groupe Union Actions 62, réunis en séance plénière du 26 mars 2018, demandent au Président du Département du Pas-de-Calais d’intervenir auprès du Gouvernement :

 

  • Pour revenir sur le projet initial en privilégiant des solutions pragmatiques, sur les tronçons les plus accidentogènes, en concertation avec les Départements.
  • Pour que la mise en place de cette mesure soit organisée de façon concertée avec les Départements, notamment concernant son financement.

 

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du Groupe Union Action 62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *