Plan de développement de la lecture publique 2017-2022, intervention de Maryse Jumez

lecture

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

 

Notre groupe soutient évidemment l’ensemble des mesures qui peuvent permettre de développer la lecture mais nous avons points de vigilance.

Le premier est que ce nouveau plan s’appuie sur un rôle accru des EPCI. Pourtant le bilan effectué de la période 2006-2016 montre qu’elles ont été très peu sensibles à cette question. Par ailleurs, il ne faut pas oublier les regroupements de communes qui souhaiteraient développer un réseau en commun.

De plus, à l’heure du numérique, les bibliothèques développent des portails informatiques aux nombreux avantages. Mais quid des bibliothèques en milieu rural ? En effet, elles ne peuvent développer l’ensemble de ces services à cause de la mauvaise couverture internet d’une part, couplée à la mauvaise couverture du réseau téléphonique.

Sur les critères comme l’espace minimal requis pour être éligible à certains dispositifs de financement, est-il nécessaire qu’ils soient aussi restrictifs au moment où l’on encourage la mise en réseau et le développement du numérique ?

Les comportements ont évolué. Aujourd’hui on lit sur sa tablette ou son smartphone, on consulte de nombreux documents en ligne, on renouvelle le prêt de son livre à distance. On se rend dans sa bibliothèque pour emprunter son livre et le rendre, mais force est de constater qu’on y passe moins de temps, réduisant ainsi l’importance de la surface.

La révolution numérique peut donc amener un certain nombre d’économies. Mais encore faut-il y avoir accès.

Nous espérons que vous serez vigilants sur l’ensemble de ces éléments, mais notre groupe votera en faveur de ce rapport.

 

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *