Intervention de Denise Bocquillet sur l’objectif annuel d’évolution des dépenses des établissements et services sociaux et médico-sociaux de compétence départementale

Denise BocquilletMonsieur le Président,

 

Mesdames, Messieurs les conseillers départementaux,

 

Ce rapport nous propose de fixer l’objectif annuel d’évolution des dépenses des établissements et services médico-sociaux de compétences départementales à 0%.

 

Il est difficile pour un groupe d’opposition de valider de telles propositions. Si nous partageons la nécessité de maîtriser et même de réduire les dépenses de fonctionnement de l’institution, nous ne maîtrisons pas la méthodologie que vous employez.

 

Monsieur le Président, nous nous connaissons depuis longtemps. Nous avons siégé ensemble dans la commission des affaires sociales. Vous savez donc que je suis particulièrement attachée à l’accompagnement social des personnes qui en ont besoin.

 

Cette période de contrainte budgétaire nous oblige à repenser nos interventions. Comme mes collègues, je déplore cette situation qui consiste à redéployer des moyens et des places sans avoir établi préalablement un schéma des besoins : le fameux pacte des solidarités.

 

Nous avons toujours eu des schémas concertés qui permettaient aux élus d’apporter les bonnes réponses au bon moment et au bon endroit. Ces schémas nous manquent, nous élus départementaux, pour juger de l’opportunité des places ouvertes notamment sur les cantons que nous connaissons moins.

 

Cette période de contrainte nous oblige également à limiter nos dépenses. Disons le clairement, chacun doit faire des efforts. Lorsque nous demandons aux structures de mobiliser leur fonds de roulement et de faire face à un taux de reconduction de 0% cela signifie faire des efforts et des économies.

 

Cela nécessite de la pédagogie, du temps pour pouvoir s’organiser ou se réorganiser et surtout de la concertation. Voilà pourquoi un groupe d’opposition n’est jamais à l’aise avec ce type de décision. Parce que cela relève de l’exécutif et nous n’avons aucune prise sur la méthode que vous employez qui joue un rôle majeur.

 

Nous voterons pour ce rapport qui permet de maîtriser ces dépenses car nous prenons nos responsabilités. Mais nous serons vigilants aux points que je viens d’énoncer. Les reprises de fonds de roulement en 2016 n’ont pas été annoncées assez tôt et cette rupture avec votre fonctionnement passé a été difficile à comprendre pour le secteur. Nous souhaitons qu’un dialogue de gestion sur la durée de la mandature soit engagé avec chacun des établissements et qu’il soit formalisé.

 

Car soyons sincères, une fois les fonds de roulement ponctionnés pendant deux ans, soit vos dépenses vont de nouveaux augmenter soit il sera demandé aux structures de réaliser des économies de fonctionnement.

 

Mais quel travail a déjà été entrepris ? Sur quelles dépenses seront effectuées les économies des structures à partir de 2018 ? A ce jour, nous n’en savons rien et nous le regrettons. Même au sein de la commission 2 à laquelle je faisais référence tout à l’heure, le mystère demeure et cela n’est pas normal.

 

Je vous remercie.

 

(Seul le prononcé fait foi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *